Quand j'étais un jeu de go-fast

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
yves tenret


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 140
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 11:07 (2014)    Sujet du message: Quand j'étais un jeu de go-fast Répondre en citant

Quand j'étais jeu de go-fast.


Le meilleur c'est un jeu qui s'invente à mesure, sans qu'aucune règle ne prenne le dessus sur les autres. Un vrai bordel en somme. Et me revoilà en slip à l'arrêt de bus. C'est pas croyable. Je regarde ma bague en zinc très spéciale, jugez par vous mêmes: un anneau large percé de trous de deux sortes, petits et grands on l'aura deviné, qui forment un message en braille bizarre: 666. Tout tourne autour et rien n'a de consistance que cette bague-là, je veux dire que rien n'a de marque reconnaissable, tout n'est que mouvance interminable. Et cette bague-là, faite pour moi, plus réelle que moi, seule chose ancrée, qui peut se répéter sans s'altérer... Bien sûr je suis sous acide, ou pire, sous kétamine, ces mauvais jeux de zouaves de l'âge obscur. Dans une autre ville c'était une affiche publicitaire qui, en se répétant, suivait le même procédé que celui du shamane : le garde-fou. Mais l'affiche n'était pas le réel, comme la bague, mais leur insistance créait un tapis assez épais pour survivre à l'orage. Une publicité pour des sous-vêtements de femme... Lou... parce-que c'était une belle nana? est-ce mon sexe qui m'a permis de sauvegarder ma raison? Mais la bague alors... parce que trouée à la méthode psychanalistique? Il n'y a rien. Pas la peine de chercher, il n'y a rien. La vérité est un cri plus fort que les autres comme la beauté un commun pratique. Je marche, j'entends des ruines qui poussent et d'autres qui s'effondrent, je fais un effort pour ne pas danser tout de suite. Bon dieu comme j'aimerais ne pas voir un visage parce qu'il y a trois taches de merde sur la neige! Regarder les arbres pousser vite, c'est quand même autre chose. A l'école, on ne snifait pas de la colle mais on tournait sur nous-même jusqu'à... jusqu'au ça ivre en gros. J'ai connu la chaleur avec une simple poignée de châtaignes tièdes dans les poches en plein hiver. Rien à voir, rien à raconter, personne ne peut passer l'information, surtout la plus primaire. Les histoires d'amour sont plus simples à raconter que la description du goût du chocolat par exemple.
Elle m'attend. A la maison ou à l'appartement. Mais je suis un damné du luxe. J'aime si mal la misère. Ne jamais boire en douce, forme de discipline salutaire. Je dis ce que je dis, je fais ce que je fais mais jamais le moi n'a été une source de plaisir ou de connaissance. Quand je m'emmerde, je pars me saouler. Ne pas croire que l'aventure est belle et brave. La bonté, forme de hasard bienvenu. Ce qu'on apprend en trébuchant? rien... les bars sont beaux parce qu'ils sont horribles et bientôt le bonheur pervers des bas-fonds disparaîtra avec l'absence d'absence de fièvre, sous la férule de l'étude consacrée. Non, je ne suis pas tombé dans le yoga. Non, je n'est pas été happé par l'insignifiance grandiloquente d'une parole morte. Oui, je ne suis pas cool, et alors?
Le meilleur c'est ma bitte dans ton cul. Mais c'est pas si simple le meilleur. Quel trou choisir? quel stupre inventer de mieux? quelle combine fine voir devenir universelle? laquelle? comment? par quel réseau? penser à l'organisation est une totalité qui me fout la gerbe... quelle gerbe? pour faire le malin, les plumes de coq sur le casque? quel coq et quel casque? maudits soient nos simples vérités... feuille de rose Edgar Morin, sous les lampions sans avenir d'une fête qui bat son rien sans adresse ni habilité.
A la ligne.
La cruauté bien faite. Saint Sade. Mais il n'était pas si débile pour prendre le mot à la lettre. Lacoste et Silling: rien à voir avec les cartes IGN. "...pas de but". C'est si simple l'humour parce que la survie est tellement dramatique. Carte-postale en vase-clôt de mes amours pour vous. La princesse de sève sert des godets à foison: pas le choix. La buvette distante, entre le rire et la mort, née d'une joliesse, d'un prodige, d'une forme de carte inventée dans la marge. Tendre est la fuite.   


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 17 Oct - 11:07 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered By phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Designed By ArmandoLopez