quand j'étais bourre-piff chez les nantis

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DA//


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: sylva edobola

MessagePosté le: Dim 19 Oct - 03:21 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

Pas d'image. Voir Monaco. Pas de thune, voir mon CV. Le numéro 12 est sorti à la roulette. Chacun pensera à son Marcel en s'essuyant les larmes et la morve sur la serviette mis à disposition. Je parle à ma pint, au bar, j'emmerde du regard la salle comble : j'ai pas voulu gagner. J'ai dit douze comme on dit quinze ou Septime-Sévère. Une belle cagnote. On se la rince à trois. Grabuge. Des pauvres qui gagnent ça fait toujours un peu mal aux yeux dans ces coins là-bas. Aucune élégance. pas que ça rote ni Lanzarote ou pris Goncourt mais que ça ne sait pas se tenir, ça danse n'importe-où n'importe comment, et surtout sans musique. Je n'aime pas du tout ça, on m'a forcé, presque, à mettre un pied dans ce cirque à homo ludens. J'étais plutôt bar à tapas à l'époque, voir pack de bière sur la plage à minuit. Sans decorum roule ma poule! comme on dit. Bon, à l'évidence on va se faire virer dans pas longtemps. Pas de suspens inutile. On n'est pas de cette bande-là de pain blanc feuilleté à l'or fin. Bref. Dehors. Pas descendu les marches que les tondus nous cueillent. L'autre drôle a filé, d'une discrétion sans faille; penser à la famille (un pizzaiolo de cap d'Ail). Reste les deux couennes coercitives. Moi et mon pote, deux dingueries en compétition jusqu'à mort d'âme. Les gendarmes nous demandent nos papiers, qu'on les a pas les fanfreluches pour de vrai. Remontées infernales de champagne bu au goulot. Le grand style, tu vois l'argile s'ouvrir pour enterrer tous les anglais du monde. Nos noms? hein? On est venu comment à Monaco? Ils savent, ces cognicieux fantasques, qu'on est pas du bled. En voiture... mais où est la voiture là est la question, comme dirait Francis. Aucune idée. Messieurs, nous venons de dépenser une fortune au bar alors ne nous demandez pas l'adresse de la lune, ça se voit, non? Pas de bol, des pauvres qui ont de la chance... quelle misère grotesque pour la loterie cosmique du CACA40! Je ne sais plus mon nom ce soir, je viens de l'assistance pudique et mes cheveux n'arrêtent pas de pousser! Pour le pote son nom c'est Ezéchiel! Avez-vous lu la Bible attentivement braves gens? oui? On balance des vannes prophétiques que tu croirais du vrai, sorte de paccorabanisme référencé et tout que les bleus sentent la mer montée. Je fais l'algue. L'ami qui s'agite, moulinet sur moulinet. On nous embarque au poste. Mais c'était vrai, à ce moment-là on était si défait que l'humain était pur spectacle, piètre chose battant des ailes dans un pot de moutarde à l'ancienne. On nous embarque, assez poliment je dois le dire, sans brusquerie en tout cas, ça change. Commissariat ou je ne sais quoi. C'est facile à retrouver; juste derrière la ligne de départ de la course de bagnoles, les formules à la machin. Vos noms?! c'est jamais qu'une question c'est surtout un ordre, et nous les ordres, à cet âge-là, avec ces grammes-là... bref: rien. Ezéchiel et X. Cellule. D'endoctrinement sous simplification drastique de l'espace. Les barreaux. Ce petit luxe de n'avoir pas senti sur la peau et les autres la froidure et le reste des menottes aux poignets. Nous ne sommes pas en France, la chance. Je compte mes doigts: ils sont tous là. On danse. ca se fait pas oui je sais mais c'est de la mémoire vivante, on danse. La meuf à côté, histoire de chèques volés, presque rigole. Bon. Un képi se pointe et nous demande d'arrêter de nous agiter comme des viandes saoules. Mais la musique est trop bonne bonne bonne... Y'a pas de musique, on n'est rien que des sauvages. L'agression de l'imagination dans une tête raide. Toujours pas de nom mais un OUI hilare qui troue trop la cabane en miettes. On me choppe. On m'enferme dans un mitard à la con, un cube de béton. Tu vas voir si tu vas continuer à faire le malin connard! On peut pas s'allonger là-dedans, c'est le piquet pour les adultes, la douleur muette à deux balles. Bon, je ne le savais pas depuis le mitard, puisque j'étais dedans je ne savais rien de ce qu'il se passait, bon, je te dis ce que je n'ai pas vu ni entendu. Mon pote est lâché dans les bureaux, une chaise, assis-toi là. Attend. Ne bouge pas. Bon, le vrai, enfin ce qu'il ma raconté après. On ne connait jamais une histoire parce qu'on ne peut pas voir et entendre la totalité de la niaiserie qui s'y passe. Bon, il se sauve de son siège et engueule des gens. Je suis commissaire untel et qu'est-ce que vous branlez bande de connards? La comédie est un art étouffé par l'Etat, et il sait ce qu'il fait. et ça dure au moins dix minutes! et c'est gros dix minutes dans ces conditions, non? même quand tu t'appelles Ezéchiel? Le reste est lâcherie. Le reste est : bon, il faut sortir d'ici.
Je suis devant le bunker et un libanais m'offre une clope dégueulasse aux épices. Que j'ai eu la gentillesse de lui demander avant. Je suis dehors. A force de décuiter j'ai avoué: appelez le commissariat, X ils me connaissent et savent mon non. Le sésame, je suis dehors. Pas que ça glisse mais que la fraîcheur du port m'enivre à nouveau. Pauvres riches angoissés. On s'est bien narré encore, et pour emmerder Blanchot, t'as beau l'avoir vécu tu ne peux pas vraiment le raconter. La précision subjective n'existe pas, rien que de la bêtise objectivent comestible. La mare aux pauvres diables en éclaireurs.
Dernière cigarette et je vais aller me coucher, c'est tard, je bosse demain, dimanche. 02H54.
Il n'y a pas de morale assez salope pour faire ou finir une histoire. Il se passe des temps en situations, plaisir ou pas. Pour finir, parce qu'il faut finir pour faire genre "ça ressemble à quelque-chose": il n'y a rien que le formidable espace de notre courage à inventer pour rien en connaissance de causes, brève et fragile sans détail, le pluriel et l'unique comme dynamisme primordial.
Mais je vais finir ma goûte de sang rouge imbécile. C'est la troisième heure passée.
Quand j'étais une andouille je croyais qu'écrire au-delà de moi allait aider les autres huîtres sartriennes à...
maintenant que je suis un connard tout à fait, sans brindille ni guillemets, quel luxe la nuit quel luxe
ne m'envoyez pas de message svp je ne réponds pas chez moi au téléphone
mon numéro nihiliste s'imagine des douves comme des plaines de tigres et de vierges escarmouches
comme Utrillo: une bouteille un tableau (comme si c'était un système, comme si ça voulait dire quelque chose)
la casse
c'est plus le texte d'en haut, il dit des fumisteries trop générales pour être cuites à feu doux
hein? dans mon dos de bagnard à Biribi ce simple mot tatoué en gros en gras en chiant: hein?
Pour re-parler de la perlouse "mémoristique" plus haut, j'ai eu de la chance. Pas possible de retrouver la caisse. Douze heures au poste c'est rien du tout, pas en faire une histoire, rien à dire (les graffitis sont nuls en plus). J'avais un bouquet de beu dans un sac en plastique... tu parles! à Monac c'est la zonzon direct! bol ou pas bol, la caisse abandonnée par notre mémoire... une heure à la retrouver le lendemain quand même... 12 heures à Monac' et je ne t'ai rien dit sur b.h.l. à l'aéroport de Nice? non? je t'ai rien dit encore ou tu me cherches des noises comme des haricots?
  
                        
_________________
"un Dieu ne pourrait pas vivre"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Oct - 03:21 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Amélie


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 98
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Dim 19 Oct - 10:17 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

Oh, à part les phrases complètes, c'est un peu le rythme de Fourt nan? Vous êtes frénétique Yves, c'est vous. Y a un côté titi Parisien (enfin Belge en l'occurence), comme si vous étiez né en 1920 et aviez passé votre enfance dans les rue de Montmartre pendant les 30 glorieuses. Je vous vois en film noir et blanc, une veste un peu trouée en velours gris sur le dos. Yves vous avez peut-être quelque chose à faire avec le 20è siècle.

Revenir en haut
Amélie


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 98
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Dim 19 Oct - 11:26 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

Vous allez me dire que c'est pas vous, c'est ça Yves ? Et je vais encore avoir l'air conne....Yves il fait des blagounettes gnhignhigniiiiii....

Revenir en haut
DA//


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: sylva edobola

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 01:21 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

je te l'avais pas dit ? Yves ! mais j'ai de la chance quand même, on aurait pu me confondre avec Cartland...
_________________
"un Dieu ne pourrait pas vivre"


Revenir en haut
Amélie


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 98
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 19:53 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

Vous avez un truc commun tous les deux, quand même....

Revenir en haut
DA//


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: sylva edobola

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 20:01 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

on s'aime d'un amour si passionnel qu'on ne s'est pas revu depuis dix ans !
_________________
"un Dieu ne pourrait pas vivre"


Revenir en haut
Amélie


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 98
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 09:59 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

C'est exactement ça, l'amour passionnel.

Revenir en haut
DA//


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: sylva edobola

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 22:00 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

problème de connexion ce soir, pas de tir à flanc de colline rousse donc
_________________
"un Dieu ne pourrait pas vivre"


Revenir en haut
alain freudiger


Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2014
Messages: 22

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 22:38 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

Alors je débarque et j'avais beaucoup, beaucoup de posts et de textes en retard à lire et rattraper, tous en fait. Mais il faut bien commencer quelque part.

J'aime bien le jeu sur les consonnes, les "t" et les "d" qui s'enchaînent, puis les "g", les "p"... de l'explosif, du guttural, etc. Il y a du sonore ici, c'est une bonne voie le sonore.

Une remarque sur la longueur (qui concerne aussi certains autres textes): penser au format, au support/milieu où intervient le texte. Ici, c'est sur un écran, sur un forum, donc faire plus court, à mon sens on ne devrait pas utiliser la molette plus d'une fois pour lire le texte en entier (un texte: pas plus de deux écrans).

Voilà pour une première intervention. De retour dans trois jours.


Revenir en haut
DA//


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: sylva edobola

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 23:28 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis Répondre en citant

c'est noté dans cette nuitée hi-hi-hi (on se reconnait que dans le noir total, non?)
_________________
"un Dieu ne pourrait pas vivre"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:35 (2018)    Sujet du message: quand j'étais bourre-piff chez les nantis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered By phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Designed By ArmandoLopez