Quand j'étais homme objet.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
yves tenret


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 140
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 21:01 (2014)    Sujet du message: Quand j'étais homme objet. Répondre en citant

Quand j’étais homme-objet. 
  
Les femmes cherchent un homme comme vous et moi cherchons un endroit pour vivre, dormir et manger. Ce n’est pas chez elle un désir mais un besoin. C’est marrant mais  moi, ce sont les ordinateurs qui me font cet effet. Ce sont eux mon Sam suffit… Faut que j’aie un logiciel de traitement de texte fiable, ma boîte mail en bon ordre de marche, mon petit Facebook qui ronronne, plein de like, Google et après, roule ma poule !… 
Et à ce propos, je vais vous en conter une, une bonne vieille de derrière les fagots. En ces temps là, toutes ces bêtises n’existaient malheureusement pas encore. Les gens se déplaçaient toujours physiquement et même parfois se rendaient assez loin. Là, bien sûr, que je suis hyper conscient que je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.  
Quelle aventure ! J’avais même pris le R.E.R. Vous savez ce truc qui était un peu comme le métro mais qui sortait de Paris et qui coûtait plus cher. Si, si, je vous jure, j’étais à 30 kilomètres de Paris, le long de l’Orge, un affluent de la Seine, à Brétigny, au Centre d’Art Gérard-Philippe,  sorte de lieu dit « polyvalent », une petite bâtisse d’un étage située un peu en dehors de la commune, à côté de la piscine et au milieu d’un champ de pommes de terre.  
C’était vernissage, une expo de sculptures et  votre serviteur ci présent avait rédigé le texte de la plaquette qui accompagnait ce show à la fois si discret et si arrogant. Ah, c’était donc ça ! Voilà pourquoi j’étais là à m’arsouiller comme un salaud. Eh oui, vous savez comment sont les timides, je buvais beaucoup… Otto, le patron, et Cyroul, son éminence grise, buvaient beaucoup aussi. Les sculpteurs, dont entre autres ce bon vieux Ricur, ancien ou futur directeur de l’école d’art du Havre, buvaient beaucoup et mon ami batave, le prof de Montpellier, Tjeerd Alkema buvait sec également. Emmanuel Saulnier, tout en traçant un audacieux parallèle entre Plotin et Maître Eckhard,  parlait lumières et violence symbolique à la Marie-Pierre Roubin, une bretonne qui, mine de rien, en plus des siens, finissait tous les verres abandonnés à moitié plein par des visiteurs à l’estomac délicat.  
Quelle bande de foutraques, ces artistes, impossible d’en trouver un qui aurait tenté de raisonner un peu  les autres ! 
Vous savez dans ce genre d’endroit à l’époque, y avait pas tellement de public qui venait. Cela ne servait pas vraiment à ça. Ce n’était pas spécialement fait pour les gens. C’était plus un truc qui ne servait à rien, à part nourrir trois personnes un quart, à les payer à foutre pas grand chose et le quart en question, c’était moi, un texte par ci, une visite guidée pour les scolaires par là, un gardiennage par ci, une rencontre par là… Mais, ouais, ouais, bref, avec mon truc pas trop de public, je voulais juste vous suggérer, que cela faisait plus de gobelet de Cahors par personne.  
Quoi ? J’ai l’air de faire toute une histoire avec trois fois rien ? Pourquoi j’insiste comme ça sur le picrate ? Sans doute parce qu’à l’époque, je ne buvais jamais… Faut me comprendre. Je vivais avec trois francs cinquante par jour. Je mangeais des sandwichs à la banane, je ne me nourrissais que de riz complet et de légumes et au bistrot, je commandais toujours un café et une grande carafe d’eau.  
Bref, on boit, on boit, on boit. Arrive le moment  de rentrer, je crie à la cantonade :  
- Qui me ramène à Paris ?  
C’est Alkema qui se dévoue. Donc en route Titine. Dans sa R5, à la place du mort, y a Béatrice, une Corse pulpeuse venue sans son mec parce que c’est un cinéaste qui, en ce moment, est en Martinique où il  tourne un documentaire débile sur des régates sans intérêt pour FR3. Et, derrière, à côté de moi, y a Catherine, celle que plus tard, j’appellerai Minnie R.  
Minnie, on comprend facilement, c’est la meuf à Mickey, c’est cool, mais pourquoi R ? Aucune idée… 
Donc la susdite Catherine me roule une pelle, je la pelote, Béatrice passe par dessus son siège, s’assied sur moi, attaque ma queue, je ne bande pas, elle est déçue, Alkema reste zen, Béatrice retourne à la place, Catherine et moi, on se frotte, zut, on est déjà arrivé ! 
Alkema a un autre truc à faire, il nous laisse près de Beaubourg. On cherche l’endroit du rencard. On ne trouve ni Otto, ni Cyroul, nulle part. Ni, dans le resto prévu, ni dans les autres rades de la Rue Saint-Martin. 
On va boire un verre chez Roland, à l’Art brut. Les filles me racontent que Béa est enceinte et que cela la fait chier. Elle ne veut pas rester avec l’autre singe vidéaste. To bad. On n’a pas tellement faim. On s’en fout du resto en fait. Et si on achetait à boire et qu’on aillait chez moi ? J’habite tout près, au coin de la Rue des Archives et de la Rue des Franc-Bourgeois. Ok, tope là ! On y va ! 
Pas ouf, je ne les avais évidemment pas affranchie sur le fait  que chez Wam, c’était une chambre de bonne et là les filles sont nickels, sympas et tout, et tout. Elles font comme si elles ne remarquaient rien. Bon, ceci dit, faut quand même reconnaître qui y avait un évier avec l’eau courante dans celle-là et qu’avec ses murs couverts de livres, elle n’était pas si mal que ça, après tout.  
On sert les boissons, on rigole, on se désape. Cath me suce, Béa me suce et c’est parti que je te pénètre, que tu me caresses, que je te pénètre, et non, non ! moi ! moi ! ô les filles, c’est chacune son tour, et y a comme un petit miracle, je ne jouis jamais, on se marre donc comme des petits fous jusqu’à ce que je finisse par craquer et que je me mette à gémir, gémir, gémir. Ah ! Nom de Dieu ! Des fois, la vie est vraiment belle !!! 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Oct - 21:01 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered By phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Designed By ArmandoLopez