Quand j'étais un plan épargne-logement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amélie


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 98
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 10:08 (2014)    Sujet du message: Quand j'étais un plan épargne-logement Répondre en citant

Quand j’étais un plan épargne-logement.

Catherine était toujours habillée court, mini, mini. Et elle m’a emmené en Sicile ! Bon, là-bas, je buvais tout le temps, un petit blanc transparent, sans prétention, une production locale et y a pas à dire, il pétait bien. Donc j’étais pas inhibé et j’allais au contact. A 20 ans, j’avais vécu quelque mois à Rome où j’étais vendeur de dessins dans les escaliers de la Pizza d’Espagne et je baragouinais un rital standard presque fluide. Enfin, c’est ce que je m’imaginais car faut dire que saoul, il m’est souvent arrivé de parler latin couramment aussi. Bon, bref, les mecs étaient cool là-dessus, appréciaient mes efforts linguistiques et on batoilliait ensemble comme une vieille tribu de gamins querelleurs.
- Tu comprends mec, nous, des filles, on n’en voit que le dimanche matin à la messe…
- Ouais mais j’suis là avec ma copine et vous vous mettez quasi à plat ventre pour lui mater la petite culotte ! Vous me manquez de respect là !
J’en pleurais de rire ! Et eux aussi. Mon cynisme leur plaisait. La bouffe était bonne, la glace, sublime et le café, sublimissime. J’étais fait comme un rat mort du matin au soir et la seule fois où cette pauvre fille a réussi à me traîner à la plage, ce fut d’une tristesse déchirante. La couche de déchet qui flottait là sur cette bonne vieille Méditerranée était si épaisse qu’elle a du renoncer à aller se bacquer.
Mais je cause, je cause, et je suis en train de passer à côté de l’essentiel là. Elle exhibait ses jambes, elle montrait ses bras, ses chemises était largement échancrés sur de ravissants petits seins durs, le dos bien cambré, faisant claquer ses talons à bouts ferrés, le pas dansant, les fesses fermes, elle aimait Mink DeVille, un rock band très CBGB, proto punk, Cabretta - ah Cadillac Walk !!!!!! Olahlahlalahalaha, qu’est-ce que tu bouges bien !!
Je vais trop vite là, je vais trop vite. Reprenons au début. Elle était venue chez moi avec Béatrice et trois jours plus tard, elle s’est installée dans ma chambre de bonne. Strange ! Space ! Bien sûr, moi, je ne m’étais pas posé de question, je connaissais mon charme. Elle faisait un soixante-huit, soixante-neuf, cinquante kilos, elle avait un taf qui payait bien, pourquoi je ne me serais pas laissé aimer, hein ?
C’est des mois et des mois plus tard quand nous avions déménagé dans un appart boulevard Beaumarchais, qu’elle m’a avoué qu’elle avait été junkie, qu’elle était lourdement endettée et qu’elle était venue vivre dans mon minuscule gourbi pour économiser du fric et éponger ses dettes. J’avais trouvé un passeport sur lequel elle portait un autre patronyme, un nom espagnol et elle était fille de républicain, Valera-Gil et non pas Hémon qui lui était un cake qu’elle avait épousé et quitté pour sortir de la poudre.
Quelle aventure ! Et moi, toute la sainte journée tout seul dans cet appart sinistre. Elle avait acheté une télé et je me levais tous les jours à midi moins quart pour regarder David Vincent se faire casser la gueule par les Envahisseurs.
Et là, il y avait un truc totalement démentiel. Mimmie R. ne lisait jamais de livres !!! J’avais connu pas mal de fille mais une fille qui n’ouvrait jamais un livre, ça ne m’était pas encore arrivé. Elle rentrait une fois par semaine avec Télé 7 Jours à la main, allumait la télé et feuilletait son hebdo. J’hallucinais complètement ! Mais où j’étais tombé là ?! Comment allais je faire pour l’amener à replier son auriculaire ? Mission impossible ?
Et y avait pas que les livres. Le cul, ce n’était pas son truc non plus. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué comme moi mais les gonzesses qui ont touché à la poudre, après, se faire sauter, juste comme ça, en pensant à autre chose tout en attendant que ça passe, c’est plus tellement une grande passion chez elles. Elles sont plus dans l’astuce efficace, style « Tu veux que je te suce ? » Ah ! Mink DeVille, tout un programme, latino, de la
tenue, de la pudeur ! C’est sec, froid et nerveux, du peps, beaucoup de peps, de la niaque, oui, oui, ça pétille mais, malheureusement, ça n’a aucun goût…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Oct - 10:08 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
alain freudiger


Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2014
Messages: 22

MessagePosté le: Ven 24 Oct - 19:13 (2014)    Sujet du message: Quand j'étais un plan épargne-logement Répondre en citant

"on batoilliait ensemble"... mais où as-tu trouvé ce verbe, je croyais que c'était un romandisme!

Revenir en haut
yves tenret


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 140
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 24 Oct - 23:02 (2014)    Sujet du message: Quand j'étais un plan épargne-logement Répondre en citant

oui, oui, absolument, j'ose tout... et je crois que il y en a deux dans le texte... 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:30 (2018)    Sujet du message: Quand j'étais un plan épargne-logement

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered By phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Designed By ArmandoLopez