quand j'étais bien, sans le savoir

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
paravox


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2014
Messages: 15

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 00:11 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bien, sans le savoir Répondre en citant

J'en ai presque rien gardé, je m'écoutais trop raisonner, faux d'autant plus. Heureusement il m'a arrêtée avant que j'aille trop loin. Je me perds toujours, quand je ne connais pas. Il fallait que je m'en débarrasse par tous les moyens. J'ai commencé par raconter tout ce que j'avais entendu et puis je l'ai assommé, simplement.  Il fallait faire vite, avant de manger, alors je n'ai pas réfléchi, j'ai foncé. Il n'y avait rien d'autre à faire, il fallait élagué, parce qu'au fond, on s'en fou de l'essentiel. Je l'ai digéré et c'est à moi que j'ai tout ramené, bien au chaud dans mon bonnet. Il faut vivre anecdotique. Faudrait savoir.
C'est toujours là, dans mon intérieur capitonné, que je m'écoute. Dans mon siège auto, phares allumés, cigarette au bec, ou le couteau dans les mains, une carotte dans l'autre, le fils jambe droite et la fille jambe gauche. Ce ne sont pas mes oignons, et je m'emmêle, pleine de bonnes intensions. J'y peux rien, c'est comme ça, je suis l'actualité. Aujourd'hui, j'ai pleuré en écoutant la radio. Beaucoup mettrons ça sur le compte de la fibre post partum, mais non, non et non, c'est que je me sens comme pendant mes colères d'enfant. Je veux que ça s'arrête, ça ne peux pas être, ça ne peux pas, je ne veux pas.
Con-descendante du monde des bisousnours, alors? non, non et oui... je suis niaise,  no limit, ils ont tout cassé. Ils sont super méchants. Je ne me pensais pas aussi con. Je viens de comprendre toute mon impuissance. Je viens de comprendre qu'il n'y a pas de salut. Je viens de comprendre que je ne comprends quasi rien. Je suis en colère, en colère. Je ne suis pas révoltée, c'est trop fatiguant. Je suis en colère car je sais que je ne ferai rien, n'y peux rien, rien de plus, rien de moins que toi. L'indignation, même pas, dépassée, ce qui roule sur mes joues, c'est de la colère. L'impuissance, ma colère. Me voilà à pleurnicher.
A pleurer, niais, nie et nierai pas de toute façon!
Résolution 1820.
T'as raison, ça ne sert rien, de se mettre dans tout ces états, les bras ballants.  
Pas d'image, juste des mots, et je fonds en larmes. Je sais. Résonance. Maintenant, je sais.
Mutilation muette
Je sais. Résonance.  Maintenant, je sais. A quoi ça sert d'en parler, là ici maintenant, un verre dans le nez? nez poudrés. A rien, j'avais juste oublié la cruauté, pas celle de BB, la cruauté, celle qui fait pleurer. Je sais. J'étais mieux avant. Je sais.
C'est une baffe, mon confort, ma petite misère, je l'aime tant, mon bonheur. Un grand moment de solitude, je me sens conne, écoutant la radio, coincée dans le ronron. J'aurais préféré oublier. Ce que je sais? Va savoir.
Et qu'est ce que je fais de tout ça, moi, hein ?
Dis maman, pourquoi y a la guerre? chuuut, je regarde la télé.


Dernière édition par paravox le Mar 9 Déc - 23:07 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Déc - 00:11 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yves tenret


Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2014
Messages: 140
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 14:54 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bien, sans le savoir Répondre en citant

faCe à ce problème... pour le reste, par rapport à tout ce que vous évoquez, je suis resté beaucoup plus près du bout de mon petit nez. j'ai pour habitude de travailler sur mon quotidien plutôt qu'au niveau des ONG.désolé...

Revenir en haut
paravox


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2014
Messages: 15

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 14:09 (2014)    Sujet du message: quand j'étais bien, sans le savoir Répondre en citant

 Je crois que j'ai trop insisté sur le déclencheur, et non sur ce que cela implique pernnellement. Le paradoxe par se sentire concerné, consterner, et dépasser par les évènements, c'est à dire la conciliation de se vécu et le contexte global. Comment est ce que je m'en sors au milieu de tout ça. Suis je vraiment concernée; C'est confu, c'est une révolte intérieure. Je laisse tomber finalement, ou plus tot pour l'instant.

Revenir en haut
paravox


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2014
Messages: 15

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 23:09 (2014)    Sujet du message: j'étais ce que je suis Répondre en citant

J'y peux rien, c'est comme ça, c'est d'actualité. Aujourd'hui, j'ai pleuré en écoutant la radio. Beaucoup mettrons ça sur le compte de la fibre postpartum, mais non, non et non, c'est que je me sens comme pendant mes colères d'enfant. Je veux que ça s'arrête, ce que j'entends ne peux pas être, pas être humain.
Con-descendante du monde des bisousnours, alors? non non et oui, je suis niaise, y a des limites que je ne pensais plus l'homme d'aujourd'hui capable de franchir, je ne me pensais pas aussi con. Je viens de comprendre toute mon impuissance. Je viens de comprendre qu'il n'y a pas de salut. Je viens de comprendre que je ne comprends quasi rien. Je suis en colère, en colère. Je ne suis pas révoltée, pour ça il faudrait que j'agisse, je suis en colère, car je sais que je ne ferai rien, rien de plus, rien de moins que toi. L'indignation, même pas, dépassée, ce qui roule sur mes joues, c'est de la colère. L'impuissance, c'est vrai que ça met en colère, je comprend les hommes fassent à ce problème, ça fait pleurer et ça met en colère. Me voilà à pleurnicher.
Tu connais déjà les images de la famine du Biafra, des enfants qui meurent de faim les ventres énormes, et la peau sur les os, et des parents aussi pleins de mouches, mais ça, ça fait moins pleurer; les enfants et les chiots, c'est un meilleur fond de commerce.   La Bosnie, t'as du aussi le survoler aux actualités de  1992. C'est compliqué tout ça, déjà tu te sens dépassé.Tu te souviens du Rwanda et des coups de machettes et de toutes ces balafres. Je viens de reprendre conscience. Reprendre conscience du monde   là maintenant, tout de suite, ailleurs et ici, à côté. 1998, Le tribunal pénal de Rome considère le viol systématique comme un crime de guerre et un crime contre l'humanité, et dans certaines circonstances comme un acte de génocide. Résignation. La Shoah etc, plus jamais ça, à part des films catastrophiques, qu'avons nous fait depuis pour empêcher? Rien ou presque, des résolutions de L’ONU, des diligents qui condamnent sans pouvoir ni force d'intervention, et des prises de conscience de petits bourgeois bien au chaud, le nez poudré, qui s'indignent. Prends les armes alors connasse et ferme ta gueule. Non merci,  je ne supporte pas les bruits violents, ça me donne des acouphènes. De toute façon, je suis contre la violence, je milite, tu vois, je vais signer une pétition, je suis sure que ça les fera réfléchir les méchants de savoir que 10 000 couillons, qui ne connaissent que la frayeur du canapé, ne sont pas du tout du tout content. Et M.Ban qui-moon, il aura trop la pression et c'est sur qu'il réagira. Résolution 1820, 2008, " ... Les missions de maintien de la paix ont pour mandat de protéger les civils, elles devront maintenant inclure la protection des femmes et des enfants face à toutes les formes de violence dans leur plan d'exécution et dans le reportage des situations pendant les conflits...
...Les principales mesures d'intervention comprennent :
•L’intensification et la diffusion à grande échelle des messages de sensibilisation et le renforcement des capacités institutionnelles à travers des formations avant le déploiement et à l’intérieur des missions ciblant les militaires nationaux et les forces de police
•Une surveillance étroite de la situation de droits humains dans des pays spécifiques ;
•Traduction des acteurs de violences sexuelles devant les tribunaux."
Assignation.
T'as raison, ça ne sert rien, de se mettre dans tout ces états, les bras ballants. 
Je ne parle pas d'images mais seulement de mots entendus, et versés sur l'arme de destruction massive, la violence ultime. La destruction de la femme, pas de discours féministe là derrière, non, je ne me permettrais pas. J'ai écouté. Réveille toi, putain ce n'est pas d'hier, le premier butin de guerre c'est la femme de l'autre.  Je sais. Résonance. Des hommes de tous âges et initiés dés 14-15 ans sont employés à détruire physiquement les femmes et leurs communautés de l'intérieure par le viol et la mutilation des organes internes des femmes de 6 mois à 80 ans, devant leurs enfants, pères, mères et grands parents. Une fois "réparées", rien ni personnes ne leur garantir la sécurité. Elles et ils survivent. Je sais. Résonance.  A quoi ça sert d'en parler, là ici maintenant? à rien si ce n'est à sortir la tête du sable d'une nunuche, et qu'elle y replonge l'esprit moins tranquille, la cruauté, n'oublie pas, il s'en fait religion. Je sais. J'étais mieux avant.
C'est une baffe, mon confort, ma petite misère je l'aime tant, mon bonheur. Un grand moment de solitude au volant de ma petite voiture, écoutant la radio, coincée dans la circulation. J'aurais préféré oublier. Je sais.
Dis maman, pourquoi les hommes ils font la guerre? chuuut, je regarde la télé..


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:30 (2018)    Sujet du message: quand j'étais bien, sans le savoir

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Quand j'étais quoi ? Index du Forum -> quand j'étais quoi ? -> Écrivez-ici. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered By phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Designed By ArmandoLopez